Le clocher et le spectre de l’Histoire

 

Petite histoire rédigée en 2015 à Strasbourg.

Little story of mine thought up in 2015, Strasbourg.

Written in French.

 

Au coin du clocher vit un homme. La cloche lui dit un jour :

“Barthélémy! Barthélémy! Pourquoi te caches-tu?”

Barthélémy se relève avec grand soupir.

“Cela fait des siècles que je suis là, en compagnie de moi-même. On ne me haï pas mais ma présence fait plus de chagrin que de joie. Non, madame. je ne me cache pas. Vous, qui voyez tout et annonce peu, voulez savoir pourquoi?”

La cloche, silencieuse, comme la loi lui demande, retentit trois bons coups. Le son retentit dans toutes les rues autour. Puis elle se mi à l’écoute et se retourne vers Barthélémy.

“On te méprise Barthélémy. Cela est assez clair. Mais ils n’ont pas peur de toi. Dis-moi et je te laisserai en paix.”

Une larme se verse sur le bois au bout sur le sol.

“J’ai tué et à été tué. J’ai insulté et à été insulté. J’ai fait la loi mais aussi l’insurrection, la révolution! Le massacre est d’une telle gravité, je ne sais pas si la vie en fait sermon. Ou peut-être que si. Mais moi, je vous dit que mon nom est tâché avec le sang de révolte, le sang de massacre, et que rien n’efface cela même à la pointe du couteau.

Je suis celui que personne ne veut voir. Car je suis celui qui est démuni à tout jamais par l’Histoire.”

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s